Le journal quotidien d'une étudiante japonaise qui étudie le féminisme à l'université Laval de Québec. ケベック州、ラヴァル大学でフェミニズムを学ぶ日本人学生の日常。

lundi, novembre 26, 2007

Mes nouvelles

Cela fait à peu près deux mois, je n'ai pas posté de billet.

En octobre, je suis revenue au Québec, j'étais 10 jours à Montréal. Depuis cet été, j'ai travaillé fort sans arrêt, j'avais vraiment besoin d'une pause. Je me suis retrouvé mes copines, j'étais si heureuse. Je les apprécie. Mes amies féministes me manquent toujours, je pense que ce qui me manque ici au Japon, c'est leur présences.

À Montréal, j'ai participé aussi à une manif par FFQ. Le discours de la présidente de FFQ était émouvant. Je pense que c'est assez efficace qu'on crie notre posture féministe dans la rue. La réalité est toujours dans la rue. J'ai crié ensemble avec FFQ. FÉMINISTE VIVA!

Après mon retour...qu'est-ce que je fais? J'ai commencé à mes recherche pour ma thèse. J'ai décidé définitivement le sujet de ma thèse. Mon sujet, c'est Québécoises deboutte. Le mouvance de féminisme radical dans les années 60 et 70. Je viens juste de commencer, ça va être grand travail...

Nous sommes en 2007, cela fait 35 ans s'est passé après la mort de Front de libération des femmes du Québec et le Centre des femmes. Aujourd'hui, on ne parle pas assez souvent de leur féminisme. Est-ce que les Québécoises ont oublié l'époque chaude féministes? Est-ce que le féminisme est toujours capable de composer d'un mouvement de réforme sociale? Je voudrais aussi me demander la question de backlush depuis les années 90...En tout cas, je viens juste de commencer...On verra.

Je vais bien. Je travaille fort. J'enseigne deux fois par semaine, je travaille avec mes profs deux fois par semaine et je travaille aussi dans un bureau 5 jours par semaine. Je n'ai pas de congé depuis mon retour, peut=être à la fin d'année. Alors, je retourne ma lecture...

1 commentaire:

artimisia a dit...

Bonjour Mademoiselle Sato,
en parcourant ainsi le monde virtuel d'internet,j'ai trouvé une personne encore plus atypique que moi. Etant française, je me représentais les jeunes femmes japonaises comme des personnes situées loin des contingences féministes. J'ai acquis dernièrement un ouvrage qui évoque "la révolution douce des japonaises dans ce domaine". En lisant, en parcourant vos dernières notes, j'ai remarqué votre modestie. Vous vous évoquez comme une simple étudiante japonaise ayant fait des études "féministes" au Québec. Pardonnez moi mon interrogation et par la même mon affirmation, mais comment voulez vous ne pas paraître comme une personne atypique? En tant que française d'origine latine, je prends conscience à l'orée de mes trente ans (aussi..!), comment fonctionne le système patriarcal.
La France, comme vous le savez a été un terreau important et tardif pour le féminisme. Héritière en quelque sorte de ces luttes, je me déplace autant que faire se peut sur le terrain pour rencontrer des personnes, de celles qui restent lorsque l'on parle de militantes. En parcourant votre profil, vous me semblez vous rapprochez de celles et ceux qui animent une émission radiophoniques sur la radio française : radio liertaire sur le 89.4 de la bande fm. Je ne sais pas si cette radio peut être écoutée sur internet.
Mais j'en reviens à vous, et peut être à d'autres jeunes femmes dont je lis les autres blogs, puisque cet espace permet de s'exprimer encore. Vous avez fait par votre parcours la démonstration de la volonté et de la ténacité que certaines, dont moi peut être ne me suis pas montrée capable jusque là. Enfin, je vais interrompre cette première note. Je vous en écriez d'autres sans nul doute. Si tantet ceci pouvez vous intéressez, j'ai mis également un blog sur lequel j'appose mes réflexions, mes rencontres, mes lectures. En un mot, il s'agit du blog intitulé : http://surlechemindufeminisme2.zeblog.com
Peut être aurais je l'honneur que vous lisiez le miens. En tout cas continuez....